Notes


Retour à la page principale
Châteaugiron (de), Alain chevalier
Obtient en 1392 la permission de construire le château d'Oudon sur le modèle de la tour octogonale de Largoët.

Retour à la page principale
Le Groing, Jean
Vend le 13 juin 1315 ses droits sur la châtellenie de Boussac à Pierre de Brosse, très probablement son beau-frère.

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Tewdwr roi de Penwith
A fuit la Grande-Bretagne lorsqu'il était jeune avec son père Hoel I Mawr car sa famille fut évincée du royaume. Hoel dans la fuite précéda son père Budic II qui fit un pacte avec le Prince <a href="%sp=macliau;n=de+broerec">Macliau du Vannetais</a>, par lequel, quel que soit celui qui viendrait à mourir en premier, l'autre s'occuperait de son descendant. Cependant, après la mort de Budic, Macliau renia le contract, envahit la Cornouaille et Tewdwr fut forcé de retourner en Grande-Bretagne.

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Tugdual saint
Tugdual
Tugdual voyagea en Irlande pour apprendre les Saintes écritures avant de devenir ermite à Ynys Tudwal (Saint Tudwal's Isle East) sur la péninsule de Lleyn au nord du pays de Galles.
Il émigra ensuite dans le Léon (Bretagne) et s'établit à Lan Pabu avec 72 autres disciples où il établit un grand monastère sous le patronage de son cousin
le roi <a href="%sp=deroch;n=de+domnonee">Deroch de Domnonée</a> à partir duquel il voyagea à travers la Bretagne et évangélisa la population locale.
Il fonda le monatére de Val Trechor à Tréguier et eu la prévoyance d'aller à Paris où il eu ses subventions ratifiées par le roi <a href="%sp=childebert;n=des+francs">Childebert des Francs</a>. C'est Childebert qui insista pour que Tugdual fut fait évêque de Tréguier.

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Armel prince de Bretagne
Armel
Saint Armel
appelé aussi Arthmael
Né peut-être au sud du Pays de Galles lorsque son père était à la cour du roi Arthur. Il retourna plus tard en Bretagne et fonda, avec l'aide du roi <a href="%sp=childebert;n=des+francs">Childebert des Francs</a>, les monastères de Plouarmel (Saint-Armel-des-Boschaux) et Ploërmel.

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Maelor saint
Maelor
Assassiné sur ordre de son oncle Rivod

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Budic roi de Bretagne
Il se peut qu'il ait gouverné conjointement avec son frère Maxent, au début de son règne. Apres la mort de son oncle Constantine, the Emperor (high-king) of Britain, il a protégé ses deux jeunes cousins germains Ambrosius Aurelianus et Uthyr Pendragon à sa cour, en tant qu'héritiers du "High-British throne"

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Rivod roi de Bretagne
Après avoir tué son frère Maeliaw, l'héritier du trône était Maelor, fils de Maeliaw. Rivod coupa la main droite et le pied gauche de son jeune neveu, l'empéchant ainsi de monter à cheval et de manier une épée. Maelor ne pouvant alors plus prétendre au trône, Rivod s'empara de la couronne.

Retour à la page principale
Domnonée (de), Judicaël saint
Saint Judicaël
Judicaël
Héritier du royaume de Broërec par son arrière-grand-mère <a href="%sp=triphine;n=de+broerec">Triphine de Broërec</a>
Il battit les Francs par deux fois lors de batailles, mais malgré sa réputation, le <a href="%sp=dagobert;n=d+austrasie;oc=1">roi Dagobert des Francs</a> envoya en 635 Saint Eligius pour lui demander sa soumission, et ainsi éviter une invasion à grande échelle. Il se rendit à la cour de Paris pour reconnaître Dagobert comme suzerain. Une paix durable fut ainsi conclue.
Il fonda l'abbaye de Paimpont et dota le monastère de Saint Meven à Gaël, où il se retira après son abdication vers 636.

Retour à la page principale
Domnonée (de), Winnoc saint
Saint Winnoc
Winnoc
Il fuit à Cerniw en Grand-Bretagne Britain pendant sa jeunesse, probablement à cause d'une invasion de la Domnonée par les Bretons de Cornouaille.
Il revint avec trois compagnons pour vivre avec Saint Bertin dans son monastère à Sithiu (Saint-Omer). Il fut envoyé par Saint Bernin à Bergues-Saint-Winnoc en Belgique pour établir une nouvelle communauté religieuse.
On lui donna plus tard des terres à Wormhout où il devint le premier abbé. Il fut enterré à Wormhout, mais ses reliques furent plus tard déplacées à Saint-Omer, elles sont aujourd'hui à Bergues-Saint-Winnoc.

Retour à la page principale
Domnonée (de), Haeloc prince de Domnonée
Au début du septième siècle, sa position sur le trône de Domnonée fut sécurisée grâce à l'aide d'un puissant seigneur nommé <a href="%sp=redwal;n=n">Redwal</a>, dit par certain son oncle.

Retour à la page principale
Domnonée (de), Judoc saint
Judoc
Il reçu son instruction au monastère de San Maelmon. Après l'abdication de son frère le prince Judicael vers 636, il acceda immediatement au trône de Domnonée.
Il demanda huit jours pour examiner sa nouvelle position et décida de se ranger dans les ordres. Il partit alors à Ponthieu où il devint aumônier du comte local.
Il se retira plus trad à Ray où il fonda un ermitage. Il alla ensuite à Caer-Runiac (Saint-Josse-sur-Mer) où il vécu treize ans, puis dans la vallée de Pidrague avant de faire un pelgrinage à Rome après quoi il mourut.
Ses os furent placés à Saint-Josse, avant d'être pris par des moines et envoyés à Winchester New Minster en 902. De là vient sa popularité en Angleterre.

Retour à la page principale
Domnonée (de), Judual prince de Domnonée
Judual, emprisonné par <a href="%sp=conomor;n=de+domnonee">Conomor de Domnonée</a>, et sa mère s'enfuirent au monastère de Saint Lunaire, à partir duquel Saint Lunaire les envoya à la cour du <a href="%sp=childebert;n=des+francs">roi Childebert</a> à Paris.
Judual grandit à la court de ce dernier, et lorsqu'il fut rendu adulte, fut encouragé par Saint Samson à retourner en Domnonée pour revendiquer son héritage. Après avoir rallié assez de monde à sa cause, il se confronta a Conomor.
Ils s'affrontèrent à trois reprises lors d'une bataille, et Judual fut à chaques fois victorieux. Il repris le trône de Domnonée, tandis que Conomor fuit de l'autre côté de la Manche en Cerniw.

Retour à la page principale
Broërec (de), Canao roi de Broërec
Après sa mort, le royaume de Broërec (Bro Erech) fusionna avec le royaume de Domnonée sous le règne de <a href="%sp=judicael;n=de+domnonee">Judicaël de Domnonée</a>.

Retour à la page principale
Broërec (de), Macliau évêque de Vannes
Alors que son frère Canao voulait le tuer, il fut sauvé par Saint-Felix et <a href="%sp=conomor;n=de+domnonee">Conomor de Domnonée</a>
Tué par <a href="%sp=tewdwr;n=de+Cornouaille">Tewdwr de Cornouaille</a>

Retour à la page principale
Broërec (de), Jacob
Tué par <a href="%sp=tewdwr;n=de+Cornouaille">Tewdwr de Cornouaille</a>

Retour à la page principale
Domnonée (de), "Deroch" (Welsh) prince de Domnonée
Il fut certainement le patron de l'église de Domnonée. Il donna de la terre en Lan Pabu à son cousin, <a href="%sm=NG;n=Saint+Tugdual">Saint Tugdual</a>, pour fonder un grand monastère.

Retour à la page principale
Domnonée (de), Riwal prince de Domnonée
Le nom de Deroc semble, en fait, avoir été l'épithète de Riwal, dérivé de Ferox ("l'arrogant" en Latin). Cet épithète fut aussi problablement appliqué au début du 4ème scienc au général romain Gerontius, ainsi qu'à plusieurs de ses descendants, puis ensuite tranduit pas erreur en gallois par "Derog", "l'obstinaté".

Riwal fonda sa politique en rendant hommage aussi bien au roiLothaire I des Francs, qu'à ses cousins de Cornouaille, pour ainsi sécuriser sa position.

Retour à la page principale
Britain (of), Constantine empereur de la Gaule
Après le refus de son frère Aldrien de prendre le titre de High-King of Britain, il pris ce titre et repoussa les Barbares qui avaient commencés à envahir les Iles Britaniques. A partir de la Grande-Bretagne, il put envoyer des troupes en Gaule en 407. Victorieux après une invasion en Espagne, il lui fut (peut-être) reconnu le pouvoir d'empereur, et cela par l'empereur Honorius (de Rome) lui-même.
Un des généraux dans lequel il avait le plus confiance, invita les Barbares Germaniques à envahir la Grande-Bretagne et la Gaule en 409. Bloqué en Espagne, il battit retraite à Arles. Mais il fut capturé, reconduit à Ravenna et exécuté en 411.

Retour à la page principale
Britain (of), Ambrosius Aurelianus high-king of Britain
Après l'exécution de son père et l'assassinat de son frère ainé Constans, il fut, ainsi que son frère cadet Uthyr envoyé de hâte en sûreté à la cour de son cousin germain <a href="%sp=budic;n=de+Cornouaille;oc=1">Budic Ier de Bretagne</a>

Retour à la page principale
Cornouaille (de), "Trillo" ap Ithel saint
Trillo
He travelled to Gwynedd with fellow missionaries and founded churches at Llandrillo-yn-Rhos, Llandrillo and Llandrygarn.

Retour à la page principale
Penthièvre (de), "Geoffroi" III Boterel comte de Lamballe
Sans postérité, il donna Penthièvre à <a href="%sp=alain;n=de+penthievre;oc=0">Alain</a>, comte de Tréguier.

Retour à la page principale
Bréhant (de), Jean seigneur de Bréhant
Armes : "de gueules au léopard dâargent" (sceau 1275).
Postérité dans les seigneurs de Belle-Issue, de Galinée, du Plessis-Mauron, comtes de Mauron et de Plélo

Retour à la page principale
Vivonne (de), Renaud seigneur de Thors
Seigneur de Thors (17), des Essarts (85), La Faye (16) et Aubigny.
Attesté en 1385.

Retour à la page principale
Porhoët (de), Eudon vicomte de Rennes
suivit <a href="%sp=guillaume;n=de+normandie">Guillaume le Conquérant</a> en 1066, à la conquête de l'Angleterre.

Retour à la page principale
Porhoët (de), Josselin vicomte de Porhoët
s.p. fonda le prieuré de Saint-Martin du château Josselin. laissa son mobilier aux moines de Noirmoutier

Retour à la page principale
Léon (de), Hervé vicomte de Léon
Suivit son père en Terre-Sainte l'an 1096 et fonda le Prieuré de Saint-Martin de Morlaix en 1128.

Retour à la page principale
Léon (de), Guillaume chambellan du Roi de France
chambellan du Roi <a href="%sp=charles;n=de+valois;oc=6">Charles VI</a>.

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Hoël comte de Nantes
désavoué par son père en faveur de sa soeur Berthe. En fait, il ne régna pas sauf en pays Nantais où il est reconnu comme comte mais en fut chassé en 1154. (B.Yeurc'h/Le Lien n°4)

Retour à la page principale
Freteval (de), Foucher seigneur de Freteval
Puîné.
Attesté entre 1041 et 1048 et entre 1084 et 1087.
Décès : un 18 décembre avant 1095.

Retour à la page principale
Cornouaille (de), Orscand évêque de Quimper
"Orscand, évêque de Quimper et frère d'Alain Cagnard, comte de Cornouaille, porta le scandale jusqu'à se marier publiquement. Il épousa la fille de Rivelen de Crozon, et il en eut plusieurs enfants. Il ne faisait que suivre en cela l'exemple de Benoît, son père, lequel, étant évêque et comte de Cornouaille, crut pouvoir se marier, comme si la qualité de comte l'eût dispensé des obligations que lui imposait celle d'évêque. Alain s'opposa quelque temps au mariage de l'évêque, son frère ; mais il se laissa gagner par l'intérêt et il y consentit moyennant une terre de l'église, que l'évêque lui céda" L.de Trigon (sur histoirebretonne) (Abbé ROHRBACHER : "Histoire universelle de l'Eglise Catholique", T.XIII, 3e éd., 1857)

Retour à la page principale
Porhoët (de), Guethenoc vicomte de Châteautro-en-Porhoet
1er ancêtre connu des Rohan. cité en 1008 et 1021. fit construire le premier château de Josselin.
fils de Judicaël de Rennes d'après Auréjac.

Retour à la page principale
Porhoët (de), "Josselin" Ier vicomte de Rennes
Combattit à Hastings en 1066 avec <a href="%sp=guillaume;n=de+normandie">Guillaume le Conquérant</a> et obtint des fiefs en Angleterre.

Retour à la page principale
Broglie (de), Jacques Victor "Albert" duc de Broglie 4
Petit-fils de Mme de Staël, il entre à l'Académie française en 1862 et devient député orléaniste de l'Eure en 1871. Il prend la tête de l'opposition conservatrice qui force Thiers à démissionner en 1873.
Mac Mahon le nomme alors chef du gouvernement où il multiplie les mesures répressives (révocation de préfets, de maires, censure de la presse républicaine, interdiction de la statue de Marianne).
Albert de Broglie fait proroger pour sept ans les pouvoirs du maréchal de Mac Mahon à la tête de l'État, dans l'espoir d'une restauration orléaniste.
La manoeuvre choque les légitimistes, qui votent avec les républicains et les bonapartistes pour le renverser en 1874. Élu sénateur en 1875, il dirige pourtant à nouveau le gouvernement pour six mois en 1877. Après 1885, il se consacre à ses Mémoires.

Retour à la page principale
Curchod, Suzanne
Fille du pasteur de Crassier, village voisin de Coppet, Suzanne Curchod avait suivi son mari dans son ascension politique et sociale. Assez guindée, instruite et un peu pédante,
elle tenait un salon célèbre où se réunissaient le vendredi les beaux esprits du temps.

Retour à la page principale
Necker, Louis
Précepteur, puis professeur à l'Université de Genève, il dut fuir à Paris, puis à Marseille suite à un adultère et au procès scandaleux qui suivi. Il y fit fortune et présidera un établissement bancaire réputé.

Retour à la page principale
Motier de La Fayette, Louise
Aimée de Louis XIII, se fit visitandine en 1637 sous le nom de Soeur Louise Angélique.

Retour à la page principale
Motier de La Fayette, Claude seigneur de La Fayette
Le fief de La Fayette lui revint après la mort de son oncle Louis en vertu d'une substitution établie en 1486.

Retour à la page principale
Le Loup, Louis seigneur de Pierrebrune
Chevalier. Sgr. de Pierrebrune, Mérinchal, Eygurande, Chavanon. Maître d'hôtel du Roi.
Son corps fut ramené et inhumé à Lespinasse.

Retour à la page principale
Champagne (de), Henri comte de Brie
Croisé en 1147 avec Louis VII et en 1179 avec Pierre de Courtenay. Fait prisonnier, il ne revint à Troyes que pour mourir sept jours après.

Retour à la page principale
Hainaut (de), Baudouin empereur de Constantinople
Baudouin VI
Baudouin Ier

Retour à la page principale
Champagne (de), Thibaud comte de Brie
comte de Troyes et de Meaux = comte de Champagne et de Brie.

Retour à la page principale
Capet, Philippe roi de France
Philippe Ier
Philippe IV

Retour à la page principale
Champagne (de), Jeanne comtesse de Champagne
Jeanne Ière
Dernière héritière, réuni le comté de Champagne à la France.

Retour à la page principale
Champagne (de), Thibaud comte de Meaux
Thibaud II
Thibaud V
Thibaud V

Retour à la page principale
Blois (de), Thibaud comte de Champagne
Thibaud II
Thibaud II
Comte de Blois puis de Champagne, en 1125, à la mort de son oncle Hugues.

Retour à la page principale
Villehardouin (de), Geoffroi prince de Morée
Prince de Morée (Achaïe) de 1218 à 1245 et Sénéchal de l'Empire Latin d'Orient.

Retour à la page principale
Bruyères (de), Jeanne
Contesté. Nous suivons ici la version de Villain qui appelle le père Thomas. Il plane un doute sur leur identité car cela donne, à la génération suivante (Eustachie de Lévis x Jean de Bruyères), un lien de consanguinité interdit par l'église (mariage oncle / nièce).
D'ailleurs Jacques Saillot n'en est pas sûr : il l'appelle aussi Jeanne DE MIREPOIX; mais il est possible que la terre de Mirepoix ait échu aux Bruyères du fait de conquête, dans la Croisade contre les Albigeois.

Retour à la page principale
La Valette (de), Pierre chevalier
Chevalier Seigneur de Valette, Cuzoul, Saint-Igne et Prévenquières
Commandant du château de Malleville près de Villefranche, Sénéchal du Périgord en 1258.
Il participe à la croisade en 1248 avec Saint-Louis.

Retour à la page principale
Voisins (de), Gilles chevalier
5ème & dernier fils.
Arques & Villarzel (11).

Retour à la page principale